Le Croyant est sous la protection d'Allah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Croyant est sous la protection d'Allah

Message  florence_yvonne le Ven 22 Jan - 16:09

1. Les péchés diminuent la foi: celle-ci est imparfaite lors de leurs perpétrations.
Selon 'Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui),
le Prophète (pbAsl) a dit: "Le fornicateur ne reste pas Croyant au moment où il fornique, le voleur ne reste pas Croyant au moment où il vole, le buveur ne reste pas Croyant au moment où il consomme l'alcool".

2. Prière de la crainte
Jâbir (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit:
Nous accompagnâmes le Prophète (pbAsl) jusqu'à atteindre Dhât Ar-Riqâ`. Quand nous trouvâmes un arbre qui faisait un agréable ombrage, nous le laissâmes au Prophète (pbAsl). Un homme des idolâtres vint, alors que le sabre du Prophète (pbAsl) était suspendu à l'arbre. Il dégaina le sabre du Prophète (pbAsl) et lui dit: "Me crains-tu?". - "Non", répondit le Prophète. - "Et qui te protège contre moi?". - "Allah me protège contre toi". Quand les Compagnons du Prophète (pbAsl) menacèrent l'homme, celui-ci rengaina le sabre et le suspendit. On fit alors l'appel à la prière, le Prophète (pbAsl) fit deux rak`a avec l'un des groupes; et quand celui-ci se recula, il pria deux rak`a avec le second groupe, en sorte que le Prophète (pbAsl) fit quatre rak`a et que chacun des deux groupes fit deux seulement.

3. Jeûne du jour de `Achûrâ'
Ibn `Abbâs (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit:
Le Prophète vint à Médine et vit que les juifs jeûnaient le jour de `Achûrâ'. Il leur demanda: "Pourquoi vous jeûnez en ce jour?". - "C'est en ce jour, lui répondit-on, qu'Allah a délivré Moïse et les israélites de Pharaon, nous jeûnons donc pour célébrer ce jour". Le Prophète (pbAsl) répliqua alors: "Nous avons plus de droit à Moïse que vous". Et il donna l'ordre de le jeûner.

4. Tuer les vipères
`Abd-Allah ibn Mas`ûd (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit:
Pendant que nous étions dans une caverne avec le Prophète (pbAsl), il reçut la révélation de (la sourate Al-Mursalât): "Par ceux qu'on envoie en rafales". Et alors qu'il nous la récitait et que nous la recueillions de sa propre bouche dans toute sa fraîcheur, une vipère bondit sur nous. - "Tuez-la", s'écria le Prophète. Nous nous précipitâmes pour la tuer, mais elle nous échappa. - "Elle, dit le Prophète (pbAsl), a échappé à votre méchanceté comme vous vous avez échappé à la sienne".

5. Mérites de 'Abû Bakr As-Siddîq
D’après 'Abû Bakr As-Siddîq (qu'Allah soit satisfait de lui),
J'étais avec le Prophète dans la caverne, lorsque je vis venir les polythéistes (qui nous poursuivaient). Je lui dis: "O Prophète d'Allah! Si l'un d'eux baissait les yeux, il nous verrait". - "Tais-toi, ô 'Abû Bakr, me répondit-il, que penses-tu de deux (personnes) dont Allah est le troisième (qui les enveloppe de Sa protection)".

6. Mérites des tribus: Ghifâr, 'Aslam, Juhayna, 'Achja`, Muzayna, Tamîm, Dawas et Tayyi'
D'après 'Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui),
l'Envoyé d'Allah a dit: "Quraych, les 'Ansâr, Muzayna, Juhayna, 'Aslam, Ghifâr et 'Achja` sont mes alliés et ils n'ont d'autres supporteurs qu'Allah et son Envoyé".

7. La piété filiale l'emporte sur les prières supplémentaires ou autres
D'après 'Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui):
Un jour, Jurayj était en train de prier dans une tourelle quand sa mère vint l'appeler. Humayd dit: 'Abû Râfi` nous a rapportés que 'Abû Hurayra avait décrit, d'après le Prophète (pbAsl) comment la mère mit sa paume sur son sourcil puis leva la tête et s'adressa à lui en ces termes: "Jurayj je suis ta mère. Réponds-moi!". Jurayj, qui était en pleine prière, se dit: "Seigneur! Répondrai-je à ma mère ou continuerai-je ma prière?". Il choisit, en fait, de continuer sa prière. La mère s'en alla puis revint et la même scène se déroula. - "Seigneur!, s'écria alors la mère, voici mon fils Jurayj. Je l'ai appelé mais il s'est abstenu de me répondre, fais donc qu'il n'arrive au terme de sa vie avant que Tu ne lui aies montré les prostituées". Et il ajouta que si elle avait invoqué Allah pour qu'il soit éprouvé, Il l'aurait exaucée. Un berger qui se réfugiait dans la tourelle de Jurayj rencontra une femme sortant du village, coucha avec elle et elle en eut un enfant. Interrogée sur le père de l'enfant, elle répondit en ces termes: "C’est le propriétaire de cette tourelle". Ils arrivèrent menus de leurs haches et de leurs pelles et l’appelèrent, Jurayj était toujours absorbé dans sa prière et ne leur répondit pas. Ils commencèrent alors à démolir sa tourelle. Sur ce, il descendit et demanda aux gens pourquoi ils agirent de la sorte. Ils lui répondirent: "Demande à celle-ci". (en désignant la femme). Il sourit, passa la main sur les cheveux du nourrisson et lui dit: "Qui est ton père?". - "C’est le berger", répondit l'enfant. - "Nous allons, dirent les gens, te bâtir une tourelle en or et en argent à la place de celle que nous avons démolie". - "Non, répliqua-t-il, en argile seulement comme elle était". Il monta ensuite (pour continuer sa prière).

8. Récit d' Ibn Sa`îd
D’après `Abd Allah ibn `Umar (qu'Allah soit satisfait des deux),
`Umar se rendit avec le Prophète (pbAsl) dans un groupe de musulmans du côté de l'endroit où se trouvait Ibn Sayyâd. Ils le trouvèrent en train de jouer avec d'autres enfants près du château des Banû Maghâla. A cette époque, Ibn Sayyâd s’approchait de l'âge de la puberté. Il ne s'aperçut de l'arrivée du Prophète que lorsque celui-ci, l'ayant frappé de sa main sur le dos, lui dit: "Confesses-tu que je suis l'Envoyé d'Allah?". Ibn Sayyâd le regarda et lui répondit: "Je confesse que tu es l'envoyé des illettrés". Puis, il ajouta en s'adressant au Prophète: "Et toi, confesses-tu que je suis l'Envoyé d'Allah?". Alors, le Prophète refusa et reprit: "Je crois en Allah et en ses Envoyés. Mais toi, quelles visions as-tu?". - "J'en ai de vraies et de mensongères", répartit Ibn Sayyâd. - "C'est que pour toi, riposta le Prophète, les choses sont embrouillées. Eh bien! J’ai quelque chose pour toi". - "Il s’agit d’un astuce", dit Ibn Sayyâd. - "Que tu sois déprécié et humilié!, s'écria le Prophète, tu ne saurais jamais faire ce qui est au-dessus de tes forces!". `Umar ibn Al-Khattâb dit alors: "O Envoyé d'Allah! Laisse-moi lui trancher la tête". - "S'il est l’Antéchrist, répliqua l'Envoyé d'Allah, tu ne saurais avoir de pouvoir sur lui; et, s'il n'est pas l’Antéchrist, il n'y aura pour toi aucun avantage à l'avoir tué". Le transmetteur Sâlim ibn `Abd-Allah poursuivit: J’ai entendu `Abd-Allah ibn `Umar: Plus tard, l'Envoyé d'Allah, accompagné de 'Ubayy ibn Ka`b Al-‘Ansârî se rendit vers un bosquet de palmiers où se trouvait Ibn Sayyâd. Il (pbAsl) dissimula son approche, espérant surprendre quelque propos d' Ibn Sayyâd avant d'être aperçu de ce dernier, qu'il vit couché dans une couverture et il s'y agitait -ou selon une variante- il chantait. Mais la mère d' Ibn Sayyâd ayant aperçu l'Envoyé d'Allah qui se dissimulait derrière les troncs de palmier, cria à son fils: "Hé! Sâfi, c'était le nom d' Ibn Sayyâd voilà Muhammad ". Aussitôt, Ibn Sayyâd bondit. - "Si dit alors le Prophète, cette femme l'avait laissé, il nous aurait montrés clairement (qui il était)". Sâlim dit: `Abd-Allah ibn `Umar ajoute que le Prophète groupa les gens et après avoir loué et glorifié Allah, leur dit: "Je vous mets en garde contre l'Antéchrist. En effet, il n'y a aucun Prophète qui n'a engagé son peuple à se méfier de l'Antéchrist. Noé aussi a mis son peuple en garde contre lui; mais je vais vous annoncer de lui ce qu'aucun Prophète n'avait signalé à son peuple. Sachez que l'Antéchrist est borgne alors qu'Allah, que soient exaltées Sa toute puissance et Sa grandeur, n'est pas borgne".

Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]

florence_yvonne
Admin

Messages : 687
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 56

http://comprendrelecoran.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum