Nos expérience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nos expérience

Message  florence_yvonne le Dim 7 Mar - 16:16

1. L'homme moderne a atteint le summum dans le domaine des sciences de ce monde et dans ses recherches. Si l'on compare cette connaissance à celle de ses prédécesseurs, on peut à juste titre parler de miracle !

Malgré cela, quand il est arrivé sur la lune et a vogué dans les espaces lointains, il a senti qu'il n'était qu'un grain de poussière dans un monde infini, une goutte dans un océan sans rivages. II a constaté que la grandeur de la science résidait dans le fait, qu'elle a permis à l'homme de découvrir sa petitesse par rapport à la Puissance illimitée et la Grandeur infinie de Dieu - Exalté soit-Il -.

2. Il arrive souvent que les scientifiques s'accordent sur une chose à la suite de travaux assidus, d'expériences et de recherches de longue haleine; puis ils font marche arrière, quand il leur apparaît que ce résultat et cet aboutissement sont à l'opposé de ce qu'ils ont admis et estimé être la vérité par excellence !

Pour illustrer, citons un événement familial, dont le monde est au courant dans les moindres détails :

Ma soeur était atteinte d'une maladie « incurable ». Tous les spécialistes étaient catégoriques qu'elle n'avait aucun espoir de guérison. Au bout d'un certain temps son mal empira. Quand son médecin traitant l'examina à nouveau, il répéta le même diagnostic, affirmant que son heure était proche. II alla jusqu'à lui délivrer un certificat de décès pour éviter à la famille la fatigue du trajet jusqu'à son cabinet ! Son état physique était, en effet, conforme à ce que les médecins ont affirmé, présentant tous les signes connus annonçant sa mort prochaine. Toute la famille s'était déplacée pour les derniers adieux, on lui a même préparé un cercueil ! On avait même fixé le lieu où allait être reçues les condoléances. Tous les membres de la famille veillèrent toute la nuit à son chevet en attendant sa dernière minute.

Mais toutes leurs prévisions s'avérèrent fausses, et la malade ne mourut pas. Bien au contraire, elle commença à la fin de la nuit à bouger comme les vivants, et elle recouvrit pleinement sa santé. II s'ensuivit une guérison totale ! Elle est encore en vie ! Et c'est une vraie maîtresse de maison !

N'est-ce point là un miracle ? On a déjà entendu parler de plusieurs miracles de ce genre ! La question qui s'impose à nous, dès lors : « Qui donc se tient derrière tout cela ? » La réponse est : « C'est Dieu et personne d'autre ! »

3. Dans son livre intitulé Dieu - Que soit magnifiée Sa Grandeur -, le professeur Sa'îd Hawwâ a relaté le récit suivant :

« La radio de Damas a annoncé dans son bulletin d'information du 10 janvier 1965, à trois heures moins le quart de l'après-midi, d'après la Revue des Recherches Médicales, éditée en Angleterre : « Un jeune homme a souffert durant treize années d'une maladie chronique. Toutes les interventions de la médecine n'ont pas réussi à le soulager. Il reçut finalement la visite du dernier médecin, qui, à la fin de son examen, conclut qu'il n'y avait aucune chance de guérison. C'est alors que le patient lui demanda sur le ton du désespoir: « Aucune chance ! Docteur ? » Le docteur lui confirma le diagnostic, et lui répondit, sans grande conviction : « Il vous reste une seule chance ! Prier Celui qui est du ciel ! Invoquez-Le ! » C'est alors que le jeune homme qui avait souffert durant treize ans, se vit, pour la première fois, levant ses mains au ciel, invoquant Dieu ! Une semaine après, le médecin lui rendit visite, et qu'elle fut grande sa surprise ! II le trouva complètement rétabli, guéri d'une maladie que les médecins furent incapables de soigner ! »

4. Un autre argument, concerne chacun d'entre nous ! N'est-on jamais sorti de chez soi avec l'intention d'exécuter une chose pour laquelle on avait tout préparé et en y mettant tous ses efforts ? Puis voilà, qu'on y renonce à la dernière minute, comme si l'on était dirigé par une force mystérieuse qui nous poussait à faire un autre choix, auquel on n'avait jamais pensé auparavant, ni passé de longues nuits pour s'y préparer ! On se rend compte par la suite que le bien était dans ce que l'on a pu faire et non dans ce qui nous a échappé.

Qui a pu nous détourner de notre première décision ? Qui nous a fait obtenir le contraire de ce que l'on voulait ? C'est bien Dieu ! Lui qui détient dans Sa « Main » la Création et la décision, et qui « s'interpose entre l'homme et son propre coeur ».

5. L'une de nos connaissances ou nous-mêmes, n'avons-nous pas été éprouvés, ne serait-ce qu'une fois dans notre vie, par un malheur, à la suite duquel nous avons senti que tous les êtres vivants ne pouvaient nous en délivrer, et qu'ils étaient trop faibles pour nous secourir ?

Il se peut bien qu'eux-mêmes voulaient aussi notre malheur et élaboraient contre nous les pièges les plus perfides. Une fois avoir désespéré des hommes, et perdu tout espoir, tout à coup une lueur apparaît, un éclair d'espérance jaillit dans notre coeur et la sérénité nous remplit de paix sans pourtant savoir la source de tout cela. Puis, après quelques heures, quelques jours ou quelques mois, tout désespoir se dissipe, les ténèbres s'effacent et défile devant nos yeux un cortège d'espoirs variés chassant les hordes du désespoir. Les lumières de la victoire remplacent les ténèbres de la défaite et, derrière cela, se dessine une Puissance qui a tourné le gouvernail de la vie pour nous.

Nous voilà alors plein de compassion pour notre ennemi et pour celui qui nous a accablé de son injustice. Il était pourtant dans un passé proche ou lointain la cause du désespoir et des peines. Qui donc a changé et renversé les choses malgré cette impuissance totale qui ne nous quittait plus, alors que nos ennemis détenaient la puissance et les moyens de nous faire du mal ? Qui nous a accordé, cette victoire ? Qui donc fait revivre et redonne puissance et considération ? Qui donc rend cet espoir perdu et ramène la sécurité dans notre propre vie ?

Avouons sans attendre : « C'est Dieu ! »

Dieu - Exalté soit-Il - dit :

« Dieu ne suffit-il pas à Son serviteur (comme soutien et comme protecteur ?). Et ils cherchent à t'effrayer, par leurs divinités d'emprunt. En vérité, celui que Dieu égare, nul ne peut le guider. Celui que Dieu guide nul ne peut plus l'égarer. Dieu n'est-Il pas l'Irrésistible, Le détenteur du pouvoir de châtier ! » [ Sourate 39, « Les groupes», versets 36-37 ]

_________________
151. Et (Moïse) dit : "Ô mon Seigneur, pardonne à moi et à mon frère et fais-nous entrer en Ta miséricorde, car Tu es Le plus Miséricordieux des miséricordieux".
Sourate 7 : Al-Araf
http://www.forum-religions.org/forum.htm

florence_yvonne
Admin

Messages : 687
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 56

http://comprendrelecoran.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum